Association MAILLÂGES

Et si j’osais la cohabitation intergénérationnelle ?

La CMCAS vient de passer une convention avec l’association « Maillâges » qui met en relation des personnes ayant de la place disponible chez eux et des personnes qui rencontrent des difficultés pour se loger.

Cette cohabitation permet donc à un.e « hébergeur.se » (une personne âgée ou handicapée) et un.e « hébergé.e » (étudiant.e, demandeur.se d’emploi, jeune salarié.e, maman solo, retraité.e) de se rencontrer en vivant sous le même toit.

L’un.e offre le gite et l’autre sa présence chaleureuse et des aides ponctuelles. Une somme forfaitaire est réglée par l’hébergé.e en dédommagement des frais de fluides (eau, électricité, gaz…).

L’association « Maillâges » organise la rencontre, précise, au travers d’une charge signée des deux parties, les conditions de l’échange, et assure le suivi du « binôme ».

Témoignage : Ginette et Katia, un duo tout en douceur…

L’une a environ 90 ans et l’autre 45. Elles se connaissent et s’apprécient depuis bientôt un an. Une année de complicité, de moments de rires et de lassitude, parfois.

« Vivre avec une dame âgée même si elle est adorable n’est pas forcément facile au quotidien. Il y a les angoisses à gérer, surtout lorsque je la liasse seule. Même si elle est très entourée tout au long de la semaine. Ginette ne peut plus rester toute seule, c’est comme ça », avance Katia.

Dans le cadre de l’association Maillâges, les choses sont claires.

L’échange qui constitue l’axe principal du dispositif de cohabitation reste cantonné au partage des soirées et à une présence la nuit. Mais la Covid a changé la donne depuis mars 2020. Les personnes accueillies chez un senior pratiquent le télétravail dans l’immense majorité des cas et suivent leur formation en visio. De ce fait, les moments de rencontre se font plus fréquents en journée, mais il est important de poser des limites.

« C’est pour cette raison que j’ai expliqué à Ginette que j’avais besoin de m’isoler le matin et l’après-midi pour peaufiner mon projet professionnel. Et je m’absente aussi quelques week-ends. J’en ai besoin, c’est vital pour mon équilibre même si, lors de ma dernière escapade, Ginette me manquait déjà au bout de deux jours ! », explique Katia.

Et Ginette dans tout ça ? Elle vit plutôt bien la situation.

« Ça fait maintenant 5 ans que l’association Maillâges m’a permis de rencontrer des personnes qui ont habité ici. Au décès de mon mari, je me suis retrouvée seule dans cette grande maison. Et, clairement, j’étais inquiète en permanence. » Propos corroborés par ses filles qui ont fait appel à l’association. « Au départ, maman était réfractaire à ce que quelqu’un vienne habiter ici. Elle était bien chez elle, même si elle avait peur d’y rester seule. ».

Une première expérience réussie avec Roselyne, puis une deuxième avec Maïthé ont levé les doutes de Ginette.

« Je continue à avoir aussi des nouvelles de Louise et de Leslie, ça veut que je ne leur ai pas laissé un mauvais souvenir » sourit-elle.

Katia devrait laisser elle-aussi un joli souvenir à Ginette et à ses filles. Un jour, elle prendra une autre route. Maillâges se remettra alors en quête de quelqu’un d’aussi empathique. Et devra tenir compte de l’évolution des attentes de Ginette qui ont changé depuis 5 ans, ce qui est normal à cet âge.

En attendant, Katia prépare le repas du soir. « Je n’aime pas cuisiner mais je fais la vaisselle », conclut Ginette qui va fermer ses volets. « Plus tard que lorsque je suis arrivée, et ça, c’était une première victoire ! » rigole Katia.

Si cette démarche vous intéresse, pour vous ou un de vos proches (même extérieur à nos organismes), merci de contacter Maryse ou Ariane à la CMCAS au 05.59.72.88.00.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2021 CMCAS Bayonne | Données personnelles - Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?